Auto-massage et amélioration de la mobilité articulaire

vignette53Les fascias sont des tissus conjonctifs denses, très ramifiés, de nature visco-élastique qui traversent notre corps à la fois en surface et en profondeur. Ils entourent les nerfs, les os, les muscles, les vaisseaux sanguins et les organes. Ce réseau membranaire joue un rôle dans le maintien, l’amortissement aux chocs et la souplesse.

Rouleau de massage

Figure 1. Rouleau de massage en mousse EVA.

 

Cependant, suite à des traumatismes (e.g., entraînement,intervention chirurgicale, inflammation, etc.), un processus de protection peut se mettre en place au niveau du fascia. Cela va conduire à une perte de l’élasticité et une déshydratation du fascia, ce qui créera une zone d’adhérence autour des parties traumatisées. Cette adhérence entraîne une mauvaise mécanique musculaire et perturbe l’alignement des pont d’actine-myosine dans le muscle, ce qui a pour conséquences de diminuer la force musculaire, l’endurance, la mobilité articulaire et la coordination motrice.

Des techniques de massage spécifiques des tissus mous permettent de réduire ces adhérences au niveau des fascias. Et depuis quelques années, les techniques d’auto-massage suscitent un vif intérêt car cette technique permet de se masser soi-même sans l’assistance d’un masseur. L’auto-massage consiste à utiliser son propre poids de corps et un instrument tels que des rouleaux de massage de différentes densités (Fig. 1), des balles de tennis, etc. Le principe est simple : le sujet exerce une forte pression sur les muscles en effectuant des allers-retours sur un rouleau en mousse.

Les pressions exercées sur les tissus musculaires permettraient d’étirer les tissus mous et de générer des frictions entre les tissus et le rouleau. Ces mécanismes permettraient au fascia de reprendre un aspect plus fluide (propriété dite thixotropique) et de littérallement casser les adhérences fibreuses qui se seraient formées.

Néanmoins, encore trop peu d’études scientifiques se sont intéressées aux auto-massages avec rouleau, aux protocoles optimum et à leurs effets sur la mobilité articulaire et la performance sportive. Aussi, la première question qui nous vienne à l’esprit est de savoir si une séance unique d’auto-massage pourrait améliorer significativement la mobilité articulaire…

 

Applications pratiques

Vous pouvez retrouver des conseils sur leur utilisation sur certains sites internet comme, par exemple, celui du préparateur physique Xavier Barbier que nous avions interviewé il y a quelques mois.

Par une action mécanique, simple et rapide, les auto-massages permettent de lutter efficacement contre les adhérences au niveau des fascias liées à différents traumatismes, et augmentent ainsi la mobilité articulaire sans diminution de la force. S’il est possible d’exécuter des auto-massages avant et après un entraînement, il reste à savoir comment la vitesse de l’auto-massage, la durée de celui-ci et la force appliquée sur les tissus mous affecteront la performance sportive.

N’hésitez pas à poser toutes vos questions ici

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *